La Neutralité pour l’orateur

Neutralité & Expression en Public

Pour toute personne devant s’exprimer face à un public : conférence, discours, médiation, arbitrage, conciliation, jugement, etc. la neutralité est un état d’ouverture, d’écoute et de conscience, primordial pour éprouver son outil d’expression face à tout type de public en tout type de situation.

Le fait d’être face à un public requiert de la clarté, de la précision, et l’accord entre les deux modes d’expression : physique et orale. Tous les codes de la neutralité répondent à ces exigences et de devoir, dès les premières secondes, se faire accepter pour être écouté et compris, par le plus grand nombre. Ces codes n’ont rien de commun avec ceux utilisés lors d’une discussion en toute intimité où, au-delà de ce qui est exprimé avec les mots, toutes les réactions organiques mêlant regard, énergie, silence et respiration, ont une réelle puissance évocatrice.

Parce qu’il n’est plus question d’intimité entre deux personnes, mais d’une relation de même qualité avec dix, cinquante, cent, et plus encore…
La neutralité débute par les prises de conscience de l’état physique et psychique dans les séances de travail corporel et se poursuit par l’initiation au port du masque neutre, masque sans expression, qui met en évidence l’expressivité du corps.

De prime abord, le masque neutre va lui sembler lisser visage et corps en une expression figée, dénonçant les malhabiletés de chacun. Au fur à mesure de la pratique, son écoute sensible va se développer. Il va oublier le masque pour accéder, doucement, aux premiers stades de la neutralité qui font évoluer la conscience de son
expression. Ce faisant, l’être communicant va réaliser que la neutralité conjugue, pour le public, plusieurs systèmes de lecture qui vont bien au-delà du simple acte visuel.
La neutralité offre à tout orateur une grande conscience de l’image qu’il propose.
Il est essentiel, pour tout orateur, de comprendre que l’acte de s’exprimer en public est un acte exigeant de conscience, qui se rapproche de celui de l’artiste de scène.
De la neutralité naît la véritable expression.

De la neutralité se crée le « personnage » communiquant ; et ce, dénué d’a priori, de faux semblant, de caricature, de facilité à l’emporte pièce, d’effet racoleur, de clin d’oeil agaçant, de ces surcharges d’habillage masquant le vide abyssal de l’être communicant.

Pour tout orateur public, la neutralité met de la distance entre qui il est et ce qu’il a à dire. Elle permet d’accueillir tout événement, toute interaction inattendue dans le public, sans être pollué par des sentiments contradictoires à la situation présente issus de ses propres émotions. Etre interrompu, bousculé, provoqué, malmené, par un public réfractaire à son propos, peut amener l’orateur à vivre des perturbations intérieures fortes. Le risque est qu’il se sente lui-même rejeté alors que le public ne réagit qu’à ce qu’il dit.

Le langage de la neutralité, de par les huit règles qui le régissent, détaillent les étapes du parcours menant vers la libération, tant de l’être que de son expression.

Dominique Loquin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *